Devoxx 2011 : The diabolical developer

“The diabolical developer”, un titre assez osé pour une conférence.

L’orateur, Martijn Verburg est une figure assez connue dans le monde Java.
Pour information, il est le co-créateur du London Java User Group, membre du JCP,…

Après avoir passé les dernières années à tenter de mettre en oeuvre les meilleures pratiques en Java, en suivant les méthodologies Lean/Agile/Software Craftmanship et à écouter des sommités comme Josh Bloch, Rober Martin et Martin Fowler, il en est arrivé à la conclusion que tout ceci était un énorme canular.

Cette présentation défie tout ce qui est cher au développeur moderne.

Tout d’abord, d’après ce dernier, l’agilité est un principe et le software craftmanship est une attitude.
Le décor est posé, nous savons à quoi nous attendre durant le reste de la présentation…

Les points exposés ci-dessous exposent ce qu’il ne faut pas faire d’après lui :

  • Etre passionné par le travail accompli
  • Défendre son empire à tout prix
  • Etre abrupte et interrompre toute discussion
  • Sombrer ou nager (la meilleure “politique” pour les novices)
  • Apprendre seulement par soi-même
  • Réinventer la roule, notre voie est toujours la meilleure
  • Lire aucun blog, libre,…
  • Ne pas aller aux conférences
  • Travailler tout seul
  • Ne pas parler aux utilisateurs
  • Croire que l’on est plus malin que les autres
  • Garder les informations pour soi
  • Croire que connaissance est synonyme de “pouvoir”
  • Les IHM sont le mal (la ligne de commande est utilisée par les hackers…)
  • Le code source est roi
  • Utiliser un simple fichier source pour le code
  • Le principe de “Single Responsability” est faux, pensez au “Mutilple Responsabilities”
  • Le copier / coller est bien
  • Se reposer sur ses lauriers
  • Mémoriser une API par coeur pour épater ses collègues
  • Garder son code en local
  • Compilé == envoyé
  • Ignorer les bugs mineurs
  • Tester est une perte de temps, les utilisateurs sont là pour ça
  • Ne pas écrire de commentaires
  • Ne pas faire de TDD, pensez que le DDD (Deadline Driven Development) est bien et le MDD (Model Driven Development) est encore mieux

Après cette énumération à la Prévert de ce qu’il ne faut pas faire, nous pouvons retrouver bon nombre de cas que nous avons rencontré sur différents projets. Cependant, il ne faut pas oublier que tout projet a ses contraintes et que la perfection n’est pas de ce monde.

Souvent, nous entendons dire que le métier de développeur est d’écrire du code.
Mais écrire du code de qualité est un travail difficile et nécessite de se remettre en question régulièrement.

Nombre de vue : 31

COMMENTAIRES 3 commentaires

  1. Sam B. dit :

    Je vois que Martjin n’a pas changé… En tout cas c’est bien de sa patrt de rappeller certains faits que le métier nous fait oublier au jour le jour.

  2. benjamin.baumann dit :

    Elle m’intéresse cette conf! Y’a même de toper les slides ou encore mieux une vidéo qqpart?

  3. Antoine Berthelin dit :

    Hello, normalement toutes les vidéos sont sur http://www.parleys.com/ si t’as un abonnement.

AJOUTER UN COMMENTAIRE