[Devoxx FR 2012] – Fier d’être développeur ?

Pierre Pezziardi  est entrepreneur, co-fondateur d’OCTO Technology et co-fondateur de l’Université du SI. Son passé de développeur et de chef d’entreprise lui permet d’avoir du recul par rapport à la perception qu’on a des développeurs en entreprise et par rapport à l’image que les développeurs ont de leur métier. DSI et c’est surtout de cela qu’il est venu nous entretenir.

J’avoue que compte tenu du titre « Fier d’être développeur » j’espérais plutôt une présentation dans l’esprit de l’excellent article de Nicolas Martignole sur les développeurs séniors obligés de passer chef de projet pour avoir la reconnaissance financière et / ou une promotion. Cependant, une fois les premiers instants passés, j’ai trouvé la présentation intéressante notamment parce qu’elle réaffirme des bonnes pratiques qui finalement relèvent du bon sens :

  • rechercher la cause profonde des problèmes
  • approche participative en impliquant tous les acteurs
  • chercher à délivrer de la valeur et non simplement un livrable

Pierre Pezziardi part d’un constat : l’informatique est encore vue comme un centre de coût et est souvent synonyme de projets qui n’aboutissent jamais ou encore de bugs à répétition. Selon lui, cela conduit à donner une mauvaise image du métier de développeur qui n’ose pas souvent avouer sa profession.

Il nous parle de son passé de DSI de la BRED, Banque coopérative du groupe BPCE. Pour illustrer son propos, il nous parle de la situation à sa prise de fonction : un service client submergé par des milliers d’appels par an. Après investigation, il s’avère qu’une bonne partie de ces appels ont des causes récurrentes :

  • perte de session : il s’agit d’une « classique » perte de session http. Il faut simplement que le client se reconnecte.
  • un message d’erreur non explicite : le libellé indiquait une erreur « technique » alors que l’erreur en question était une erreur métier. Dans ce cas, l’opérateur doit à chaque fois reprendre la même explication au client.

Cette situation n’était pas nouvelle mais aucune solution pérenne n’avait été  trouvée car les différents acteurs, développeurs et service client, ne communiquaient pas. Les développeurs livraient leur module de leur côté et le service client essayait de répondre aux appels. Pierre Pezziardi estime que ce mode de fonctionnement n’est pas efficace car « les pollueurs », c’est à dire les développeurs, ne sont pas responsables. En effet, c’est le service client qui est obligé de supporter le coût de la non-qualité.

Ce qui a été finalement fait : tous les acteurs – service client, développeurs et  MOA – ont été réunis dans une même pièce et une solution triviale et facile à mettre en œuvre a été trouvée pour la perte de session : la mise en place d’un bouton « Réinitialiser la session ». Ainsi le client n’a plus besoin d’appeler la hotline. Il en a été de même pour le second cas où le wording a été changé.

Selon Pierre Pezziardi, il est essentiel que l’équipe de développeurs raisonne au-delà de son prochain livrable. L’objectif ne doit pas être uniquement de délivrer un code conforme aux exigences mais aussi de délivrer une fonctionnalité qui a un sens, de la valeur. Nous devons nous poser la question : « le module que je vais livrer apporte-t-il réellement de la valeur ? ».

Enfin, il a rappelé qu’on « devait être dur avec le travail fourni et doux avec les hommes et non le contraire ». Le développeur n’est pas son code et donc le développeur n’a pas à se sentir mal à l’aise si on critique son code. Il affirme que cette recherche de la qualité et la volonté de délivrer de la valeur est ce qui peut rendre le développeur fier de son métier.

Nombre de vue : 26

AJOUTER UN COMMENTAIRE