[Scrum Day 2013] Culture Hacking

Logo-Scrum-Day-2013

Le 11 avril dernier s’est déroulée l’édition 2013 du  Scrum Day, événement organisé par le French Scrum User Group. Cette journée consacrée à l’agilité a commencée par une session plénière présentée par Robert Richman sur le thème du Culture Hacking ou pour résumer comment faciliter l’adoption de l’agilité à l’échelle d’une organisation, d’une entreprise, d’une entité.

Robert Richmann, l’auteur du livre « The Culture Blueprint », a fondé le département Zappos Insights, de la société Zappos (société américaine, leader mondial de la chaussure) qui s’occupe d’aider les entreprises avec leur culture. Il se définit comme un culture hacker, et au travers d’un show à l’américaine, il nous en a présenté les principes.

Burning Man event

Robert débute sa keynote avec la description de l’évènement « Burning Man ». C’est un rassemblement gigantesque jusqu’à 50 000 personnes, chaque année, dans le désert du Nevada, grand événement culturel et artistique. Toutes ces personnes se réunissent pour créer ensemble une culture, composée de musique, d’art, le tout créé sur place et de manière éphémère, une semaine seulement le temps du rassemblement. Ce « Burning Man » fonctionne comme un incubateur géant, afin de créer ensemble une culture. Avec autant de monde, cette rencontre pourrait tourner vite au chaos général et pourtant elle fonctionne en harmonie. Ce succès tient principalement à un ensemble de 10 principes qui régissent la communauté et qui doivent être acceptés pour participer.

Les 10 principes

  • Radical inclusion : tout le monde peut venir et est le bienvenu
  • Gifting : tout est basé sur le don, de prestations, de cadeaux,  pas d’argent
  • Decommodification : pas de publicité, transactions financières, sponsors commerciaux
  • Radical self reliance : les participants sont encouragés à découvrir et à compter sur leurs propres ressources
  • Radical self expression : l’expression de soi sous des formes variées, notamment à travers des oeuvres artistiques, offert en don aux autres
  • Comunal effort : travail d’équipe favorisé
  • Civic responsability : responsabilité civique, en accord avec les lois
  • Leave no trace : aucune trace de l’événement ne doit rester, tout est démonté. L’environnement est restauré comme à l’origine, dans son plus grand respect
  • Participation : chacun est invité à travailler, chacun est invité à jouer. Le changement ne peut avoir lieu qu’avec une participation personnelle plus ou moins profonde
  • Immediacy : la culture du moment présent

Le pouvoir du NOW

Robert a ensuite enchainé en nous présentant l’idée, de l’invention, la montre la plus précise au monde : elle indique toujours NOW écrit dessus. Elle fut un véritable succès parmi la communauté Burning Man. Il en a donc créé un business, une entreprise jusqu’au jour où il a reçu une lettre lui disant de fermer son entreprise, l’obligeant à arrêter, le laissant avec dettes, factures et à rentrer vivre chez ses parents. Il nous a raconté s’en être finalement sorti avec une communauté des Debtors Anonymous, comme les alcooliques anonymes, lui permettant de remonter la pente.

Zappos

Robert a ensuite enchaîné avec la présentation rapide de l’ouvrage ”Tribal leadership”, de Dave Logan, livre sur l’importance d’avoir une liste de règles, valeurs fondamentales pour qu’une communauté puisse fonctionner. L’auteur du livre lui a demandé d’en faire le marketing et Robert l’a envoyé au CEO de Zappos, Tony Hsieh, qui a adoré.

Il enchaîna ainsi sur la présentation de Zappos, leur culture si particulière, Ils arrivent à générer des millions tout en maintenant des employés heureux. On a ainsi pu voir un exemple de vidéo de la Zappos Family, avec au programme déguisement, employés chantant et même des danses toujours le sourire aux lèvres. (vidéo disponible sur le lien Zappos TV en fin d’article).

Les open-spaces de Zappos sont parfois excentriques mais reflètent la bonne humeur omniprésente. Qu’est ce qui fait donc fonctionner zappos ? Ce sont les principes, valeurs fondamentales communes à la « famille » zappos.

Les 10 valeurs Zappos

  • Deliver WOW Through Service
  • Embrace and Drive Change
  • Create Fun and A Little Weirdness
  • Be Adventurous, Creative, and Open-Minded
  • Pursue Growth and Learning
  • Build Open and Honest Relationships With Communication
  • Build a Positive Team and Family Spirit
  • Do More With Less
  • Be Passionate and Determined
  • Be Humble

La culture un produit ?

Robert nous pousse alors à nous interroger si la culture ne peut pas être elle-même un produit ?

Du coup lui et Tony décidèrent de créer un produit basé sur la culture de Zappos. Ils créent des événements, des portes ouvertes pour promouvoir leur propre culture. Mais il précise en effet, « information is okay, experience was amazing, it’s feeling. » On peut être satisfait d’une information, mais c’est l’experience en soi qui est formidable, à l’image de cette keynote qui apporte une autre dimension en l’ayant vécu.

Quelques Culture-Hacks

Certes un hacker est souvent définir comme un hacker informatique rarement bienveillant, mais si l’on considère plus généralement un hacker comme quelqu’un capable de trouver un point d’entrée précis, une faille, pour ensuite tout modifier (en bien ou mal), le culture hacker serait ainsi celui capable de changer la culture de la communauté. Pour cela Robert nous présenta les quelques culture-hacks suivants :

Hack #1: how you walk into a room can shift a culture

Rentré dans une pièce de manière calme, confiant, heureux donne le ton. Tandis qu’en y allant ennuyé, stressé, en colère créé une culture de peur.

Il faut ainsi rentrer dans une pièce avec son énergie de façon à pouvoir induire le changement, créer une synergie. C’est un point d’entrée pour améliorer du culture-hacker pour changer tout le système.

Une petite danse de 3 minutes donne de l’énergie à tous

Hack #2: Destroy something

Détruire est beaucoup plus rapide et puissant que créer. Il faut détruire quelque chose d’inutile ou qui ne marche pas.

Un exemple simple est par exemple les dress codes. C’est une règle facile à détruire et qui peut changer beaucoup la culture.

Hack #3: Your company is not medication

Si on creuse les raisons qui nous poussent à travailler, on s’aperçoit qu’il ne faut pas attendre de l’entreprise qu’elle nous apporte de l’excitation, ou que son équipe pour un manager lui apporte de la motivation. On rentre dans ces cas-là rapidement dans un cercle vicieux de démotivation. On voit alors l’entreprise comme une médication.

Il faut plutôt apporter sa motivation, son énergie.

Hack #4: Frustration is gold.

La frustration n’est que de l’énergie bloquée, ce qui peut être une opportunité de booster son énergie et provoquer un changement. La frustration est ou sera bénéfique.

Hack #5 : Use ritual for energy.

Créer un petit rituel d’energie, comme par exemple chez Zappos chaque semaine tout le monde s’arrête de travailler pour danser en même temps quelques minutes, à un horaire régulier défini. Ce petit rituel créé une vraie énergie au sein de l’équipe. On a d’ailleurs dans la plénière fait nous même un rituel d’énergie, avec des étirements.

On peut voir le Daily Scrum Meeting, comme un moment de partage, où si on a une raison de célébrer quelque chose, ou quelque chose qu’on apprécie ou nous rend heureux, on prend une minute pour le partager.

Similitude Communauté agile

Enfin Robert termine après avoir montré l’importance des valeurs pour une communauté, la similitude avec Scrum et ses propres valeurs ou encore le manifeste agile et ses 4 valeurs. Il conclue en nous présentant les 5 valeurs fondamentales :

  • FOCUS
  • COMMITTMENT
  • RESPECT
  • COURAGE
  • OPENNESS

L’important étant de les vivre au quotidien.

Conclusion

Pour ma part j’ai trouvé cette keynote très énergisante et elle m’a boosté réellement pour la journée.

L’essentiel que j’en retiens est l’importance de valeurs partagées et vécues au quotidien par toute la communauté, mais également l’importance de l’énergie et la nécessité d’apporter son énergie. Il ne faut pas attendre des autres de la motivation, de l’énergie. Le travail ne doit pas être un pansement, un médicament à une situation personnelle qui ne nous satisfait pas. Le mieux est de le régler, de se « soigner » chez soi.

J’ai trouvé d’ailleurs personnellement que cette présentation se rapprochait des astuces pour dynamiser une équipe ainsi que les vitamines mentales que Sylvaine Pascual explique très bien (voir le lien vers l’article ci-dessous).

Vous pourrez également retrouver en lien ci-dessous, l’intégralité de la keynote filmée.

Pour aller plus loin

Nombre de vue : 31

COMMENTAIRES 1 commentaire

AJOUTER UN COMMENTAIRE