Windows et l’internet des objets

L’internet des objets (IOT)  fait partie intégrante de la stratégie “One Microsoft” à  savoir un Windows pour toutes les plateformes.

Mais tout d’abord il faut définir ce que l’on appelle l’Internet des objets. On peut y placer plusieurs catégories d’objets :

  • Les gros objets : POS (Point of Sale, caisses enregistreuses), distributeurs de billets, bornes interactives.
    Ils ont la propriété de ne pas être des PC sous leurs formes habituelles mais sont toutefois constitués des mêmes composants (avec des interfaces éventuellement adaptées). Ils sont équipés de processeurs x86  et Microsoft propose les systèmes d’exploitation Windows Embedded Industry 8.1 et Windows Embedded Standard 8.1
  • Les objets mobiles : Objets “handhelds” (comme les dispositifs qu’utilisent les livreurs pour recueillir la signature), tablettes utilisées en point de vente. Ils      sont plus mobiles et compacts que les premiers et par conséquent disposent de moins de ressources.
    Ils sont équipés de processeurs ARM ou x86 et Microsoft propose le système d’exploitation Windows Embedded Handheld 8.1
  • Les petits objets : objets utilisés dans l’embarqué, passerelles, tableau de bord de véhicules.
    Ils ont les mêmes contraintes que la catégorie du dessus, la mobilité en  moins. Ils sont également équipés de processeurs x86 et ARM et Microsoft propose Windows Embedded Compact ou Windows Embedded Automative.
  • Les objets micros : capteurs, actuateurs, ils ne sont pas assez puissant pour faire tourner un système d’exploitation (de par leur processeur et mémoire limités). Microsoft propose .Net Micro Framework

Azure M2M

Microsoft propose sa plateforme cloud pour la communication. En effet, le service dispose de plus d’un tour dans son sac pour la communication machine-to-machine : Service Bus, Storage, Notifications, etc.

Toutes les briques sont disponibles pour faire transiter les commandes et les données. Il est également possible de faire du monitoring, de la distribution de contenu et de l’accès à distance.

.Net Micro Framework

Ce framework permet de faire tourner du code managé sur des microcrontrôleurs peu puissants. Cette brique a été passée Open Source et Microsoft compte accroître son investissement en améliorant notamment le support des nouvelles versions de Visual Studio.
Ce framework est notamment adopté par les plateformes Netduino et Gadgeteer. Un SDK Azure pour Arduino est prévu pour le printemps.

Windows Embedded Automotive

Un système d’exploitation adapté pour les constructeurs automobiles. Celui-ci permet d’animer le tableau de bord du véhicule.

Windows Embedded Automotive

Le but est de faire du “Brought in devices” : le véhicule s’appaire avec les devices de l’utilisateur et celui-ci peut par exemple profiter du contenu de son téléphone sur son tableau de bord.

Windows Embedded Automotive Concept
Mais plus que proposer des commandes déportées, le but est de vraiment déporter le contenu et ce de manière adaptée. En effet, l’interface utilisateur d’un téléphone n’est que peu conforme aux besoins d’un conducteur en train de rouler.
Il est également possible de proposer un store d’applications : des applications qui enrichiraient un trajet (en rajoutant par exemple les stations essences environnantes et les tarifs sur la carte) ou qui permettent le divertissement (avec la possibilité d’être obligatoirement stationné pour profiter de l’application).

Windows Embedded Automotive Concept 2 Windows Embedded Automotive Concept 3 Windows Embedded Automotive Concept 4

Windows Embedded Compact

Ce système d’exploitation permet une utilisation temps réelle recherché dans les systèmes embarqués. La mise à jour 2013 permet le support de Visual Studio 2013

Windows Embedded 8.1 Handheld

Basé sur Windows Phone 8.1, ce système offre beaucoup de possibilités de personnalisation. La plus importante est la gestion des profils d’utilisateurs : il ainsi possible de déployer des comportements différents selon le profil.
Un anonyme n’aura accès à aucune application et un choix restreint de paramètres du téléphone, les boutons physiques seront aussi bloqués.
Un utilisateur de base aura les applications métiers, un choix moins limité de paramètres et aura même la possibilité d’utiliser les touches physiques pour des fonctions spécifiques (la touche recherche lance une recherche dans un inventaire et non bing).
L’administrateur lui aura un comportement Windows Phone standard (et pourra installer ses applications les plus importantes du Windows Phone Store, comme Candy Crush par exemple).

Handheld devices

Windows Embedded Industry et Standard

Basés sur Windows 8.1, ce système d’exploitation offre des fonctionnalités destinés à rendre le système autonome (afin d’éviter qu’un administrateur doive intervenir sur la machine). Ainsi, il est possible de restaurer des paramètres à chaque démarrage, bloquer les ports usb, forcer une seule application à tourner en premier plan, bloquer certaines touches du clavier, etc.
La dernière mise à jour améliore les possibilités de développement : Universal Apps, boucle locale réseau accessible, Side Loading des applications.

Plateforme Intel Galileo – Quark X1000

Un PC de la taille d’une tête de stylo ! Créé par Intel, ce PC possède un processeur x86 de 400MHz et est équipé de mémoire DDR3. La carte l’hébergeant est compatible Arduino et permet une connexion USB, RJ45, carte SD.

Intel Quark

Microsoft permettra bientôt de faire tourner un Windows dessus.

Conclusion

Que ca soit du tout petit microcontrôleur à la grosse machine industrielle, on s’aperçoit que Microsoft propose une solution pour chacun. Le gros avantage est l’expérience de développement très similaire avec ce qui existe sur Windows, Windows Phone et .Net

Nombre de vue : 46

COMMENTAIRES 1 commentaire

  1. […] Windows et l’internet des objets […]

AJOUTER UN COMMENTAIRE