[Agile France 2014] Le retour d’expérience d’un maître de Donjons et Dragons sur le management, ou comment trouver son style

logo

Pour la première fois j’ai eu l’occasion d’assister à l’Agile France 2014 qui se déroulait les 22 et 23 mai derniers. Ce fut pour moi une expérience ultra enrichissante.

J’appréhendais fortement, car ayant peu d’expérience Agile, je craignais d’avoir affaire à un déballage de méthodologies / terminologies joyeusement techniques, que la néophyte que je suis n’aurait pas appréciées à leur juste valeur.

Que nenni ! J’ai eu droit à de magnifiques conférences dont les orateurs étaient simplement passionnants, et qui ont su implémenter dans leurs discours une couche d’abstraction suffisante pour que les sujets choisis soient parlant pour une grande majorité de l’auditoire.

guillaume-duquesnay

J’ai donc décidé de vous parler ici de la conférence de Guillaume Duquesnay qui avait pour titre : Expérience d’un maître de Donjons et Dragons sur le management, ou comment trouver son style. Mais quel est le rapport à l’Agilité me direz-vous ? Vous allez voir que le parallèle est flagrant.

Qu’est-ce que le JdR ?

metal_dice_steel

Histoire que tout le monde parte des mêmes bases, le JdR (jeu de rôle) est un jeu (si si je vous assure) rassemblant des rôlistes  (des joueurs) et un MJ (maître de jeu) autour d’une table. Le MJ derrière son écran va narrer une aventure dont les rôlistes composent l’équipe d’aventuriers, armés de papier/crayon et dés de toutes formes pour accomplir la mission sacrée confiée par le MJ  (enfin ça c’est ce qui est prévu lorsque les aventuriers arrivent à sortir de la taverne…)

rolistes_a_une_tableVous aurez donc compris que l’intérêt principal de cette activité est de se retrouver entre potes, en général avec bières et pizzas, et de laisser libre cours à son imaginaire pour relever des challenges et passer de bons moments. D’ailleurs pour reprendre notre orateur “C’est pas ma vie, mais j’suis bien heureux de l’avoir vécu” et c’est réellement ce que je me dit après chaque session…

Les déboires du joueur…

Guillaume est passé par la case joueur durant son adolescence, et il lui est arrivé quelques mésaventures qui l’ont menées plus tard à devenir le MJ qu’il est aujourd’hui.

De l’imprécision naît la frustration… Sur la carte du MJ, un trait placé à l’orée du territoire ennemi à investir pour récupérer un obscure objet de quête, ça semble être un muret derrière le quel notre aventurier pourrait se cacher… Jusqu’à ce que le personnage se fasse flécher à vue car il s’agissait en fait de la démarcation de l’herbe. L’imprécision tue, c’est le cas de le dire ici.

mowgli_and_kaa

Il arrive parfois que des personnages aient des aptitudes spéciales qui nécessitent des entretiens “face to face” avec le MJ. Lorsque l’entretien dure 45 minutes et que les autres joueurs ont commencé à se disperser, l’histoire s’est poursuivie avec un seul joueur. Le MJ se retourne vers Guillaume et réalise douloureusement, après un “Un camion surgit, il est sur le point de te renverser, qu’est-ce que tu fais ?!”, qu’il s’est laissé hypnotiser par le joueur.

Un personnage est à l’article de la mort, le soigneur de l’équipe veut absolument le sauver, mais notre mort en sursis qui a été à moitié pulvérisé par un vilain méchant gros monstre est vraiment très mal en point… le MJ dans sa grande bonté accorde la possibilité de soin sur un lancer de dés de difficulté maximale, et comme de par hasard, une lueur divine tombe des cieux et le personnage est sauvé. A la fin de la session, le MJ découvre par le joueur désappointé, que le personnage aurait dû mourir et qu’il ne pouvait pas continuer avec un personnage mort. Le joueur est fourbe, il faut toujours s’en méfier, il peut mentir sur les résultats de jet de dés ce qui peut avoir des conséquences sur le déroulement de l’histoire.

surprise

Il suffit que le MJ s’absente 3 minutes pour que le combat final devienne une ridicule bagarre de taverne sans difficulté… Mais comment est-ce possible ? Facile, laissez le livre de jeu ouvert à la page de l’intrigue, un joueur indiscret qui lit l’histoire pendant que le MJ a le dos tourné, et pouf plus de suspense…

En bref il est capable de se gâcher l’intrigue et c’est à grand coup d’énergie qu’il faut surveiller tout ça.

Fort de cette expérience, c’est en prenant en compte tous ces paramètres que Guillaume masterise (fait le MJ) pendant ses jeunes années d’étudiant…

Le scénariste / metteur en scène

Dure, la reprise

Après la fin des études, entrée dans la vie active, vie de famille etc. L’activité ne peut continuer et c’est après une dizaine d’années et un peu de nostalgie que le groupe d’amis se retrouve pour une petite partie comme dans le temps. On repart avec un scénario basique c’est sur un goût de “humpf trop facile” que notre MJ préféré se décide à proposer des “scénarios faits maison”… oui parce que bon, on a quand même affaire non plus à des étudiants qui se contentent de taper, mais à des CEO et autres responsables d’équipes au quotidien suffisamment mouvementé pour s’ennuyer sur des intrigues bateaux.

C’est reparti comme en 40, nos joueurs se réunissent pour que  l’aventure commence ! La première partie se révèle épuisante pour notre MJ, qui se rend compte à quel point surveiller les joueurs, orchestrer les échanges, être attentif à tout ce qui se dit en simultané, est très, très fatigant.

Coach Agile en action !

Il met donc en place un des outils pratiques de l’agilité, le bâton de parole. Et puis pour fluidifier le déroulement des parties, chacun doit arriver avec les règles de son personnage (à savoir, la définition de ses capacités, pour ne pas perdre 5 minutes de recherche à chaque fois que quelqu’un veut faire quelque chose mais ne sais pas comment le sort s’utilise par exemple).

  • Donc chacun ne parle qu’en possession du bâton.
  • Lorsque c’est à son tour, le joueur est prêt au jeu.
  • Chaque joueur surveille les jets de dés des autres.

Ces lourdes responsabilités, vitales au bon déroulement de la partie sont donc redistribuées pour alléger la charge du MJ qui va maintenant non plus être collaboratif mais coopératif !!!

Mets-moi de l’action Coco !

photo-tournage-coulisse-cinema-ID4-11Il devient le facilitateur du jeu et va principalement s’attacher à la narration, au rythme de la partie, pondérer l’action et l’investigation, en clair, va raconter l’histoire pendant que les joueurs vont raconter leur personnage.

Reste maintenant un dernier point à régler… Que fait-on des rebelles ?

Rebelle

Le type qui refuse de suivre le reste du groupe parce que c’est trop un “REBELLE !” Ben oui sa quête personnelle l’emmène sur la même route que la quête de groupe donc il quitte la taverne avec les autres aventuriers… Mais attention “Moi, ma quête nécessite que j’aille ailleurs, alors je vous quitte dès qu’on a fini cette mission !”  Et bien… pour commencer le compromis, “OK si tu viens sur cette mission, on pourra te laisser poursuivre ta quête perso après”. Et comment le faire rester ? Guillaume a trouvé une solution simple pour le garder, lui donner des responsabilités dans l’équipe, l’enrôler dans la direction des opérations afin qu’il n’ait plus envie de se défiler.

Des étoiles dans les yeux

Le thème de cette présentation a tout de suite piqué ma curiosité, je m’interrogeais particulièrement sur les rapports à l’Agilité. Au final, Guillaume a choisi une narration claire et précise, les exemples étaient parlant (pour les avoir plus ou moins vécus / subis), c’était très savamment mené, plus suggéré que dit clairement pour rester dans un contexte de JdR, ce qui ne gâche rien.

J’en repars avec des outils simples et efficaces proposés par Guillaume, adaptables dans des contextes hors travail, qui peuvent améliorer considérablement à la fois la communication, l’organisation et l’énergie nécessaires à la cohésion d’un groupe.

Cette conférence a pour moi été un véritable déclic dans ma vision du management que je rencontre au quotidien, le principe de hiérarchie est un peu atténué, ça laisse place à la créativité et l’implication de chacun pour que l’aventure n’en soit que plus belle.

Nombre de vue : 111

AJOUTER UN COMMENTAIRE