Débutant Intermédiaire

[Agile France 2015] Hors des sentiers battus

Agile FranceCette année, le thème de l’Agile France était “Par-delà l’agilité”. Je me suis donc attelé à sortir des sentiers battus en choisissant des conférences au plus proche de ce thème. Parmi celles-ci, j’ai sélectionné les deux qui m’ont marqué pour vous en faire un résumé. La première “conférence”, intitulée De petites pattes agiles”, était une lecture par Christophe Keromen d’une nouvelle des années 40, sur la disparition des dinosaures. Intriguant, n’est-ce pas ? Je pressens que vous entrevoyez déjà un rapport avec l’agilité. J’aborderais ensuite une deuxième conférence sur le “Bonheur au travail”, d’Alexis Monville.

De petites pattes agiles

Avant de vous résumer la conférence, voici son teaser vidéo, qui vous donnera un aperçu de ce dont nous allons parler :

Christophe nous a fait une très bonne lecture théâtrale de la nouvelle de Frederic Brown, de 1942, appelée Famine ou Faux-fuyants, suivant les versions. Ce texte raconte la dernière journée de vie d’un dinosaure, d’un magistral Tyrannosaurus rex.

trex

T-rex en nanoblocks

 

Ce dernier, mourant de faim, ne trouve pas de quoi se sustenter alors que de nombreuses petites proies rodant autour de lui, fuient avec leurs petites pattes agiles dès que le T-Rex essaie de les attraper. Le texte détaille la torture intérieure que subit ce dinosaure, jadis roi des prédateurs, n’ayant aucun rival à combattre, et pourtant… finissant par mourir tout en laissant sa place aux petits animaux agiles.

“Leurs petites pattes agiles faisaient cent pas pendant que lui [le T-Rex] en faisait un…”

Christophe utilise parfois la métaphore portée par ce texte dans ses activités de coach agile, sans toutefois avoir l’occasion de conter ce texte. Le cadre de l’Agile France s’y prêtait à merveille.

Après cette lecture, nous (les participants) avons noté, sur un paperboard, les idées que nous suggérait ce texte et les mots qui touchent.

2015-06-18 13.02.32

2015-06-18 13.03.25

Au final, cette session très atypique, m’a permis personnellement de booster ma journée, tout en ouvrant des échanges de discussion en fin de conférence.

Le bonheur au travail

Alexis Monville a donné une petite conférence de 25 minutes sur le bonheur au travail. L’hypothèse de départ est que, pour fournir de meilleurs produits et de meilleurs services, il faut être heureux au travail. Comment concilier alors bonheur et travail ?

Introduction et étude du bonheur

Le cerveau humain a de formidables capacités d’interprétation. La simple courbe suivante Sourire

nous fait penser à un sourire, voire nous fait sourire nous-même. Nous en profitons donc pour enchaîner avec un exercice brise-glace, en binôme qui consiste à se regarder mutuellement dans les yeux et de se forcer à faire son plus grand sourire. Un exercice très énergisant.

Ainsi donc, nous allons voir comment chercher le bonheur au travail. Mais qu’est-ce que le bonheur, au fait ?

“Le bonheur est le sens et le but de la vie”, Aristote

C’est à la fois un moyen et une finalité dans la vie. Les américains ont d’ailleurs inscrit la quête du bonheur dans leur Constitution.

Des études sérieuses ont démontré que les personnes heureuses sont :

  • plus productives
  • plus charitables
  • vivent plus longtemps
  • plus flexibles et ingénieuses…


heureux

Alexis nous présente ses idées issues d’un cours en ligne sur le bonheur qu’il a suivi, sur le site d‘EdX, de l’université Berkeley.

edx-logo-header

berkeley_logo_200x101_0

 

Un gros cadeau, comme une voiture, peut augmenter fortement notre niveau de bonheur. Seulement, cet effet sera de courte durée, et notre satisfaction redescendra.

Cela me fait d’ailleurs penser aux travaux sur la motivation, avec le bâton/carotte qui n’agit qu’à court terme et peut même au contraire avoir des effets négatifs sur le long terme, par rapport au pouvoir de la motivation intrinsèque, cf. l’ouvrage de Daniel Pink, “la vérité sur ce qui nous motive”.

En fait, les recherches montrent que 50% de notre bonheur est déterminé en chacun de nous par un niveau initial. 10% seulement sont dus aux circonstances, comme la voiture exemple, et 40% aux activités menées.

Alors comment arriver à être heureux ?

1) Etre Positif

L’optimisme aide à être heureux. Pour l’anecdote, j’ai fait une recherche Google du “verre à moitié plein”, qui renvoie plus de résultats que le “verre à moitié vide”. Toutefois la même recherche en anglais, qu’avait faite Alexis, renvoie une différence de résultats beaucoup plus flagrante. Doit-on y voir un signe que les anglo-saxons sont plus positifs ?

2) Gratitude

La gratitude est un des moteurs du bonheur. Nous pouvons nous référer au Management 3.0, de Jurgen Appelo, et son outil, la Kudo Box, qui permet d’offrir du bonheur à ses collègues, en leur faisant part de votre gratitude. Cette boîte, dans laquelle chacun glisse des petits mots pour remercier ses collègues, est régulièrement ouverte publiquement.

Pour en savoir plus à ce sujet, je vous invite à lire les ouvrages de Jurgen Appelo ou de regarder notre conférence animée sur le sujet au Scrum Day dernier, avec Olivier Le Lan, dont vous trouverez les slides ici.

Voici un dérivé de la Kudo Box, le Kudo Wall, qui présente sur un mur les mots de gratitude :

Kudo wall d’une workout class de Jurgen Appelo

3) Gentillesse

Faîtes le premier pas, soyez gentil, les autres vous le rendront. Rappelez-vous l’étude sur les gens heureux citée précédemment, qui montre que les personnes sont plus sociables et plus charitables.

4) Pardon

Pardonner n’est pas une action courante, ni facile à faire. Pourtant ne pas tenir rigueur du passé est important pour améliorer l’avenir.  Je pense notamment à la citation suivante de Paul Boese :

“Le pardon ne change pas le passé, mais il élargit le futur”

5) But

Il y aurait beaucoup à dire sur le but, dans la recherche du bonheur. Pour faire simple et rapide, comme l’a fait Alexis pressé par le temps, disons que le fait de contribuer à quelque chose de beaucoup plus grand que soi permet à chacun de s’engager plus fortement et contribue au bonheur des employés. Dans le cadre du mariage du bonheur et du travail, cela implique donc de définir un but clair, une vision directrice à l’entreprise pour que chacun s’engage.

6) Vivre dans le présent

Ne pas se concentrer sur le passé ou le futur, mais se focaliser sur l’instant présent contribue au bonheur.

Citons, par exemple, la technique Pomodoro, pour aider à se focaliser.

7) Célébrer

Les réussites de projet, par exemple, doivent être célébrées. Je pense également à un “Hall of Fame des User Stories” pour un projet Scrum, qui consiste à conserver les User Stories dont l’équipe est fière, dans le but de les célébrer et de les conserver en mémoire, plutôt que de supprimer en permanence le “Done” du board.

Dans ce contexte de célébration, le simple fait de nourrir les relations humaines est un élément contribuant au bonheur.  Cela est d’autant plus vrai avec des équipes distribuées, où Alexis souligne l’importance d’organiser des conférences téléphoniques sans aucun objectif, juste pour parler ensemble et nourrir les relations, afin de mieux collaborer.

8) Corps et esprit

Enfin pour être heureux, il faut se comporter en heureux. Une harmonie du corps et de l’esprit aidera à cet équilibre, à rester zen.

balance-110850_1280

La citation suivante de Saint-François de Sales illustre bien ce propos :

“Une demi-heure de méditation est essentielle sauf quand on est très occupé. Alors une heure est nécessaire.”

Vous pourrez retrouver les slides d’Alexis ici.

Conclusion

L’Agile France a tenu, selon moi, son thème “Par-delà l’agilité”, avec notamment l’exemple de ces deux conférences hors des sentiers battus, que j’ai appréciées. Elles auraient toutefois mérité toutes les deux d’être sur un format un peu plus long. La première n’a pas permis d’avoir un échange très long lors de la lecture, et la deuxième a été écourtée par manque de temps, et toutes les questions posées n’ont pas pu être traitées en fin de session.

Nombre de vue : 68

AJOUTER UN COMMENTAIRE