Débutant Intermédiaire

Le postagilisme expliqué à ma grand-mère

remedes-grand-mere-e1353707390869

 

Cela fera bientôt 15 ans que le Manifeste Agile a été rédigé.

A travers ce texte, je vous propose un rapide état des lieux de l’Agilité aujourd’hui, et mes réflexions personnelles sur ses possibles évolutions.

Petit rappel historique

 

Le manifeste Agile est un texte rédigé en 2001 par 17 experts du développement logiciel. Réunis aux États-Unis, ces 17 experts signeront ce qui deviendra le texte de référence du mouvement Agile.

Ce manifeste est constitué de 4 valeurs :

  • Les interactions entre les individus plutôt que les outils et les processus
  • La collaboration avec les clients plutôt que la négociation contractuelle
  • La fourniture du produit attendu utilisable au plus tôt plutôt que sa documentation exhaustive
  • L’acceptation du changement des besoins et la réactivité plutôt que la planification rigide

et de 12 principes (cf. Principes sous-jacents au manifeste).

Ils ont pris conscience de la nécessité de privilégier ce qui fait du sens : création de la valeur métier ET valorisation des individus, au service du projet collectif. Et ils ont œuvré dans ce sens. (cf. l’Agilité expliquée à mon manager)

 

Les différentes méthodes Agile

En parallèle de la rédaction de ce manifeste Agile, de nombreuses méthodes Agile ont vu le jour. Elles ont pour points communs les valeurs et les principes du manifeste. Petit tour d’horizon des méthodes Agiles les plus connues, par ordre de publication :

  • Rapid Application Development (RAD, 1991)

Méthode Agile la plus ancienne, c’est la première à proposer un nouveau cycle de développement logiciel, à la fois itératif, incrémental et adaptatif. Ce cycle de base sera repris dans toutes les méthodes Agiles.

  • Scrum (1996)

Scrum est aujourd’hui la méthode Agile la plus utilisée dans le monde. Je ne prendrai pas le risque de résumer ici ce qu’est Scrum, je vous laisse le soin d’aller feuilleter le guide Scrum.

  • Extreme programming (XP, 1999)

XP est largement orienté vers la réalisation d’un logiciel informatique. Elle repose sur 5 valeurs fondamentales (communication, respect, simplicité, feedback, courage), et décrit 13 pratiques dont certaines sont encore largement répandues aujourd’hui, comme par exemple le pair-programming.

D’autres méthodes Agiles existent et sont assez connues, comme Crystal Clear ou encore Kanban (quoiqu’il y ait toujours débat pour savoir si, oui ou non, Kanban rentre dans le cercle des méthodes Agile…).

 

L’agilité aujourd’hui

 

Les satellites de l’agilité

L’Agilité dans les projets de développement logiciel s’est largement propagée. A tel point que les valeurs prônées par ce mouvement ont donné naissance à d’autres mouvements.

 

Management 3.0

A la base, l’Agilité, et notamment la méthode Scrum, est axée sur le développement de logiciel informatique (pour évoluer au fil du temps, et arriver aujourd’hui au développement de produit, informatique ou non).

Toutefois, un projet Agile ne saurait fonctionner correctement sans un bon sponsor ni un bon manager Agile. Et c’est cet aspect du management Agile qu’aborde le Management 3.0.

 

Le Management 3.0 est un mouvement cherchant à revoir la notion de management, et notamment le rôle du manager. Ce mouvement cherche à tirer profit au maximum de l’intelligence collective en développant le leadership du manager, et en l’incitant à construire un cadre de travail motivant pour son équipe.

Le manager leader a alors pour mission de construire un cadre de travail idéal pour son équipe. Jurgen Appelo présente cette mission selon 6 axes :

marty

• Dynamiser les personnes
• Responsabiliser les équipes
• Aligner les contraintes
• Développer les compétences
• Développer une structure
• Améliorer le tout

 

 

 

Holacratie

Nouvelle forme de management à la mode, l’holacratie, tout comme l’Agilité, valorise l’individu.

Dans un système holacratique, les prises de décisions sont collectives. Un tel système repose sur un ensemble de cercles, eux-mêmes constitués par des individus qui vont apporter leurs contributions au travers de leurs compétences, aptitudes et potentiels en vue d’atteindre un objectif.

L’holacratie a été développée en 2001 par Brian Robertson. Elle connait un vif regain d’intérêt en France depuis quelques années avec notamment le mouvement d’entreprise libérée (de plus en plus d’entreprises sont citées en exemple, comme Zappos, Favi, Spotify…).

 

Agilité en dehors de l’entreprise

De plus en plus d’Agilistes convaincus se sont essayés à transposer les méthodes, les valeurs et les pratiques Agile dans le cadre de leur vie privée.

Certains l’ont transposé dans le cadre de l’éducation de leurs enfants : Etre Agile en famille

D’autres pour profiter au maximum de leur séjour à Paris : The Agile Household: How Scrum Made Us a Better Family

D’autres encore, pour réaliser leurs travaux de rénovation de leur maison : 10 principes de développement agile pour réussir les travaux de rénovation de sa maison.

Bref, aujourd’hui, les principes de l’Agilité ne sont plus circonscrits au monde du travail.

 

En fait, tout le monde fait de l’Agile aujourd’hui

Ou tout du moins, tout le monde dit qu’il fait de l’Agile. De nombreuses organisations se sont mises à l’Agilité parce que « tout le monde le fait, c’est à la mode. On n’a pas envie d’être à la traîne ».

Malheureusement, certaines de ces entreprises cherchent à appliquer l’Agilité, mais sans en connaitre les valeurs, ni « l’état d’esprit » porté par ce terme. Comme évoqué dans l’article « Agile est mort », ces entreprises continuent à voir l’informatique comme un centre de coût, et non comme un centre de valeur. Il parait difficile de faire cohabiter cette vision de centre de coût avec les valeurs portées par l’Agilité.

 

Et après ?

 

L’Agilité est-elle vouée à disparaître, comme tant de mouvements avant elle ? C’est fort possible, tant les mots “Agile” ou “Agilité” commencent à être galvaudés. Mais ce mouvement laissera nécessairement des traces indélébiles dans le monde du travail, voire au-delà.

L’Agilité a permis de redonner de la fierté aux développeurs, aux testeurs et aux architectes dans le monde de l’IT.

Dans les autres domaines également, l’Agilité a permis de valoriser les individus qui sont à la base de la pyramide hiérarchique (et qui sont ceux qui produisent de la valeur, ne l’oublions pas).

Elle a permis de prouver qu’en faisant confiance aux individus, à l’intelligence collective, on pouvait réaliser de grandes choses. Elle a démontré que les individus, pour autant qu’on leur en laisse la possibilité, savent s’auto-organiser et assumer collectivement des responsabilités.

 

Le manifeste Agile a maintenant une quinzaine d’années. A mon sens, si les valeurs qu’il transporte et sa façon de voir le monde du développement logiciel perdureront encore longtemps, il y a fort à parier que de nouveaux mouvements (ou modèles, méthodes…) naîtront bientôt.

Je vois plusieurs raisons à la naissance prochaine d’un autre mouvement, ou d’une évolution majeure du mouvement Agile :

  • Les américains sont friands de nouveaux modèles, sur lesquels ils peuvent construire un tout nouveau business model (citons par exemple le modèle SAFe, sans rentrer dans le débat sur sa pertinence)
  • Les technologies ont grandement évolué depuis 2001 (voir le principe des microservices). De nouvelles opportunités s’offrent au développement logiciel et avec elles de nouvelles contraintes.
  • Le manifeste Agile prône l’amélioration continue. Or depuis 2001, ce dernier ne s’est pas vraiment adapté aux changements.
  • Les services IT sont probablement voués à disparaître. Les compétences IT seront alors directement intégrées aux services métier. Cela mettra fin à la vision “centre de coûts” de l’IT, et permettra de remettre l’IT au centre de la création de valeur.

Au-delà de ces raisons, de plus en plus d’expériences pratiques ont prouvé que l’Agilité ne s’appliquait pas qu’au développement logiciel.

J’espère que, bientôt, d’autres secteurs d’activités majeurs s’inspireront du manifeste Agile pour créer leur propre manifeste, dont pourra alors s’inspirer le monde du développement logiciel, etc…

 

PS : Qui trouvera en premier à quoi fait référence le titre de cet article ?

Nombre de vue : 245

COMMENTAIRES 4 commentaires

  1. Michel Onfray ?

  2. Adrien PIQUOT dit :

    Effectivement 🙂

  3. Kamel dit :

    On peut trouver intéressante l’approche Agile mais ne pas être rassuré quant à son application dans son organisation. Il faut savoir comment l’appliquer dans le contexte toujours particulier d’une entreprise. Un risque inverse est d’appliquer une pratique sans discernement, simplement parce qu’elle a fonctionné ailleurs. Il s’agit donc de connaître son contexte pour adapter les pratiques Agile. Cette méthode a maintenant été intégrée à de nouveaux domaines autres que le développement de logiciels.

  4. J’ai trouvé votre article très intéressant et notamment sur agile dans le monde d’aujourd’hui
    Après avoir évolué pendant une vingtaine d’années dans des contextes “agiles”, j’avais présenté en novembre 2012 une thèse sur l’opportunité d’utiliser l’approche agile pour des projets autres que le développement informatique.
    Dans le cadre de cette thèse de Mastère Spécialisée Management par Projets (CESI – Aix en Provence), javais présenté plusieurs éléments qui pourraient intéresser certains lecteurs.
    – Un manisfeste Agile 2012 pour des projets hors développement informatique
    – Un outils méthodologique, le peigne agile, permettant de peigner un projet (ou un profil de projet) afin de mesurer la pertinence et l’efficacité de l’utilisation d’agile pour sa gestion en assurant sa réussite.
    – 5 études de cas chiffrés pour des types de projets variés et différents les uns des autres.
    J’utilise encore à ce jour ces outils dans le quotidien de mes activités professionnelles qui consistent à former et à accompagner des équipes ou des groupes (école d’ingénieur/management, entreprises) dans leur transformation vers le “mieux”, ” l’efficacité”, la production de valeurs” et “l’adaptabilité” en utilisant ou en créant des serious games de type agile ou innovation game,
    Cette thèse est consultable sur mon site web pour les personnes intéressées.

AJOUTER UN COMMENTAIRE